Fin de la période glaciaire, le retour de la forêt

Les forêts françaises sont relativement jeunes comparativement aux forêts équatoriales. En  effet, nos forêts sont apparues à la fin de la dernière glaciation de Wûrm il y a 13 mille ans.

D’après l’étude des pollens accumulés dans les tourbières, les scientifiques ont pu révéler les périodes d’apparition sur le territoire des différentes espèces de ligneux. Nous allons retracer l’évolution de la végétation dans le Massif Central et donc plus ou moins celle du Limousin. Les dates sont à extrapoler suite à notre position géographique en Périgord-Limousin, région plus atlantique donc clémente plus rapidement pour le développement des végétaux que les parties semi-montagnardes du Massif Central.

La forêt a évolué de la manière suivante :

frise chrono

-11 000 ans : l’amélioration du climat fait reculer la steppe périglaciaire. Les espèces d’arbres commencent leurs lentes recolonisations depuis les refuges glaciaires, plus chauds, jouxtant l’Espagne ou la Méditerranée. Le Pin Sylvestre, le Bouleau et le Genévrier s’installent pour former des forêts boréales similaires à celles trouvées aujourd’hui en Scandinavie.

-9 500 ans : le Chêne et l’Orme arrivent, suivis par le Noisetier qui les dépassera ensuite dans leur progression vers le Nord. Les espèces caractéristiques des steppes disparaissent.

-8 000 ans : le Tilleul, plus thermophile, s’installe.

-6 500 ans : le Frêne s’installe pendant que le Noisetier, le Pin et les Bouleaux régressent, substitués par les autres espèces.

-5 000 ans : le Hêtre s’installe. Il va dominer et faire diminuer le taux de recouvrement des autres essences. Le Sapin Pectiné n’a pas dépassé naturellement le plateau de Millevaches.

La suite de l’évolution de la forêt est marquée par un retour des essences pionnières comme le Pin, le Bouleau, le Genévrier ainsi qu’un fort taux de graminées. Ceci est la trace irréfutable d’un défrichement d’origine anthropique avec l’utilisation du brûlis pour fournir de nouvelles terres agricoles. On peut constater aussi l’arrivée de nouvelles essences apportées par l’homme comme le Châtaignier et le Noyer qui sont originaires de régions Méditerranéennes.

– 2 000 ans : le Charme s’installe dans nos régions par recolonisation naturelle depuis les refuges plus au Sud.

error: Contenu protégé